Le Blog Devenir Parents

Aider ses enfants à arrêter la sucette

09.04.2018
Être maman

Les petits enfants sont très nombreux à avoir un besoin de succion très fort… De ce fait, une grande majorité suce son pouce ou a adopté une sucette ou « tototte ».
Tous mes enfants ont eu cette fameuse sucette. Si, au début, j’étais plutôt réfractaire, je trouve en fin de compte que c’est plus simple à gérer que le pouce, moins invasif, moins dommageable pour la dentition également, et moins durable dans le temps.
Cela dépend des enfants, bien sûr, mais arrêter la sucette est relativement plus simple à gérer que l’arrêt du pouce… Pour la simple raison qu’une fois la sucette stoppée, elle n’est plus à la disposition de l’enfant 24h/24 !
Voici ma méthode, fonctionnelle sur mes quatre enfants, pour arrêter la sucette efficacement !

Attendre que l’enfant soit prêt à arrêter la sucette

Cela peut paraître idiot mais c’est la base… Tant que l’enfant n’est pas prêt, impossible de lui faire arrêter la sucette !
L’âge est variable d’un enfant à l’autre… Certains sont prêts avant deux ans, d’autres devront attendre quatre ou cinq ans.
Comment savoir si un enfant est prêt ou non ? Il faut lui poser la question ! Un enfant qui commence à être prêt ne sera pas radicalement réfractaire à arrêter la sucette. Il l’envisagera, pour un futur qui lui paraîtra lointain, mais c’est une idée qui lui semblera possible.

Lui parler régulièrement de l’arrêt de la sucette

Cette deuxième étape ressemble un peu à du harcèlement moral… C’est durant cette période que l’on va lire des livres où des petits chats en peluche disent au revoir à leur sucette ! On va lui expliquer que les « grands » n’ont pas de sucette. Que bientôt, lui aussi va dire au revoir à sa précieuse tototte !
S’il est réceptif, vous le sentirez rapidement… Il décidera lui-même de jeter sa sucette à la poubelle… Pour regretter son geste dès le prochain gros chagrin.

Aider son enfant à arrêter la sucette

Lui laisser le temps de faire mûrir l’idée

La sucette est un « objet transitionnel ». Non seulement elle permet à l’enfant de satisfaire son besoin de succion, mais elle est également un objet qui le rassure et l’apaise…
C’est très difficile d’envisager d’arrêter la sucette pour l’enfant. Il faut donc être indulgent et patient. L’enfant jettera sa sucette puis ira la récupérer… Il a envie de grandir, alors il se lance sans penser aux conséquences ! Mais quelques minutes plus tard, il regrette et fait machine arrière. C’est important de lui permettre de changer d’avis, tant que la décision n’est pas ferme et définitive… Car cela lui permet de se mettre en situation « voilà comment cela se passera quand je n’aurais plus ma sucette… ».
Chaque tentative, aussi courte soit-elle, est un pas de plus vers l’abandon total !

Déterminer un moment précis pour l’arrêt définitif

Les petits ont besoin de repères, même si leur notion du temps est très approximative. Afin de faciliter la décision d’arrêter la sucette, on peut se mettre d’accord avec eux d’une date ou d’un événement précis qu’il associera à l’abandon de sa sucette.
Par exemple, on peut lui proposer de laisser sa sucette aux lutins du Père Noël, au Lapin de Pâques, au clown de son anniversaire ou à Monsieur Carnaval.
Déterminer un moment précis où la sucette disparaîtra à tout jamais ! Soit qu’un personnage fictif l’aura emmené avec lui, si vous êtes adeptes, soit inciter l’enfant à jeter sa sucette dans une poubelle que l’on jette immédiatement dans un container.
L’idée est que l’enfant sache qu’il n’y aura pas de retour en arrière.
Bien sûr, il faut bien tâter le terrain avant afin que cette étape ne risque pas de traumatiser l’enfant. Mais s’il a été accompagné durant les semaines précédentes, cette étape devrait être franchie assez naturellement.

Accompagner son enfant avec douceur et patience

Ça y est, le Lapin de Pâques est parti avec le stock de sucettes… L’enfant est fier de lui mais il n’en mène pas large !
Partagé entre la fierté d’appartenir désormais au monde des grands et la panique de ne plus avoir sa précieuse sucette réconfortante…
C’est là qu’il faut redoubler de patience et d’attention envers ce petit bout qui grandit.

Il va pleurer sa sucette, c’est quasiment inévitable. Il faut rester ferme sur la décision prise ensemble (si le Lapin de Pâques revenait avec la sucette, ça serait vraiment louche ! !) tout en étant bienveillant, encore plus que d’habitude.
Car pour l’enfant, c’est un véritable sevrage qui va s’opérer, avec toutes les conséquences que l’on peut imaginer.

Une période très sensible, donc… Mais qui ne devrait pas durer plus de quelques jours.
Il faut être particulièrement vigilant durant les moments critiques (le coucher, les gros bobos, le soir, les moments de fatigue ou d’énervement) et ne pas hésiter à en faire des tonnes pour féliciter son enfant et lui dire à quel point on est fier de lui !

Le mieux est de ne pas cumuler différentes acquisitions en même temps… On oublie l’arrêt de la sucette quand l’enfant est en train de devenir propre ou qu’il rentre à l’école ou encore qu’un petit frère arrive. Il pourra décider tout seul d’évoluer à ces moments-là, mais rares sont les enfants qui font plusieurs choses en même temps.
Et bien entendu, il faut absolument lui laisser son doudou ! Il doit savoir que celui-ci, il pourra le garder aussi longtemps qu’il le voudra ! Contrairement à la sucette, il ne risque pas d’endommager ses dents…

 

Vos Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *