Le Blog Devenir Parents

Aide à la procréation : les différentes méthodes

12.01.2021
Femme enceinte

Pour avoir une chance d’accueillir un bébé et de fonder une famille, vous pouvez recourir à la PMA ou procréation médicalement assistée.

PMA - aide à la procréation

Aide à la procréation et infertilité en France

Environ un couple sur sept a des difficultés à devenir parents. La PMA représente pour ces couples une lueur d’espoir : elle consiste à manipuler un ovule et un spermatozoïde pour favoriser la venue d’une grossesse. Faisons un focus sur les différentes techniques qui existent pour que l’infertilité ne soit plus une fatalité.

Aide à la procréation et infertilité en France

Le premier enfant conçu par fécondation in vitro est né en 1978 en Grande-Bretagne. Aujourd’hui, les méthodes de procréation médicalement assistée ont beaucoup évolué et leur taux de succès est en constante augmentation. À l’heure actuelle, environ 3% des naissances sont issues de la PMA.

L’aide à la procréation s’adresse aux couples dont l’infertilité a été mise en évidence par un professionnel de santé, mais aussi à ceux qui auraient un risque de transmission d’une maladie grave à leur progéniture.

Un couple est considéré comme infertile s’il n’a pas pu concevoir d’enfant après 12 à 24 mois de tentatives sans contraception. Les origines ne sont pas toujours apparentes. Il peut s’agir d’une altération du sperme chez l’homme, d’un trouble de l’ovulation chez la femme, ou encore un souci des deux côtés.

Les instances médicales estiment à environ 15%, le nombre de couples stériles. En dehors des causes génétiques, certains facteurs environnementaux peuvent expliquer ce phénomène : le surpoids, le tabagisme, l’obésité, le recul de l’âge de la procréation, l’utilisation de certains produits polluants…

À savoir : l’Assurance maladie prend en charge les actes de PMA jusqu’au 43ᵉ anniversaire de la femme, pour au maximum 6 inséminations artificielles et 4 fécondations in vitro.

L’insémination artificielle : première méthode mise en place

C’est la technique envisagée principalement dans le cas d’une infertilité masculine. Elle consiste à recueillir le sperme du donneur pour l’injecter directement dans l’utérus de la femme à l’aide d’une pipette, au moment de son ovulation. C’est l’approche la plus ancienne, mais c’est aussi la plus simple et la moins coûteuse. 10 à 15 % des inséminations artificielles débouchent sur une grossesse.

Un traitement hormonal est prescrit auparavant par le médecin pour augmenter les chances de réussite, puisqu’il permet de connaître la meilleure période pour réaliser la fécondation. La femme est ensuite examinée pour s’assurer d’une bonne réponse à la thérapie et pour limiter les possibilités de grossesse multiple.

La fécondation in vitro (FIV) : méthode la plus utilisée

L’Intra Cytoplasmic Sperm Injection (ICSI) ou fécondation par micro-injection est une technique récente qui ressemble à la FIV. En revanche, ici, on est sûr que la fécondation a lieu, puisqu’un spermatozoïde est placé directement dans l’ovule grâce à une pipette. Le taux de réussite de cette méthode avoisine les 30 %.

Ce mode opératoire est plutôt utilisé lorsque le nombre de gamètes est vraiment trop faible chez l’homme. Les praticiens peuvent même effectuer un prélèvement dans les canaux génitaux masculins.

L’infertilité n’est plus forcément une fatalité. La médecine, sous couvert de la loi bioéthique, permet aujourd’hui à beaucoup de personnes de réaliser leur rêve de devenir parents. Ce parcours n’est pas de tout repos, il peut être long et difficile. Si vous en ressentez le besoin, n’hésitez pas à demander un suivi psychologique pour être soutenus dans votre démarche.

L’actu : fin juillet 2020, l’Assemblée nationale a voté l’ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples lesbiens, mesure phare du projet de loi bioéthique, malgré une vive opposition de la droite.

Cela pourrait également vous intéresser
Vos Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *