Le Blog Devenir Parents

L’autonomie de l’enfant

12.06.2018
Être maman

C’est à la mode en ce moment : l’autonomie de l’enfant. C’est leur permettre d’acquérir un peu d’indépendance en effectuant des actions. Les laisser apprendre seuls, leur faire confiance pour avancer à leur rythme, ne pas précipiter les choses, ne pas tout faire à leur place… C’est la base de l’éducation positive : donner les clés à l’enfant afin qu’il devienne maître de son petit monde.
Concrètement, comment ça se passe?

J’ai quatre enfants et inutile de préciser que s’ils ne participaient pas aux tâches quotidiennes, mon mari et moi ne nous en sortirions jamais tous seuls !
Alors chacun a ses attributions. Même les plus petits mettent la main à la pâte ! Ce n’est pas révolutionnaire, mais le peu que fait chacun nous aide déjà beaucoup à y voir plus clair. Voici comment je m’y prends !

 Adapter l’autonomie de l’enfant à son âge et ses capacités

Cela tombe sous le sens ! L’autonomie de l’enfant doit être adapté à son âge et ses capacités. On ne va pas demander à un enfant de 4 ans de repasser la pile de linge, avec tous les dangers que cela comporte… Tout comme on ne lui demandera pas de mettre une machine en route (à moins que l’on aime retrouver ses vêtements blancs d’une autre couleur…). Ni de passer l’aspirateur à 5 ans…
En revanche, même les plus petits sont tout à fait capables d’effectuer des tâches essentielles en toute autonomie ! Mon petit garçon met la table depuis ses 2 ans 1/2, par exemple, alors que c’est une tâche centrale (si la table n’est pas mise, on ne peut pas manger).

C’est un petit garçon plutôt habile qui fait très attention à ce qu’il fait (quand il veut). On peut donc le laisser porter verres, assiettes et couteaux à bout rond sans craindre le drame.
Certains enfants sont capables d’effectuer certaines tâches alors qu’ils semblent trop petits. Au contraire, certains autres devraient être capables d’effectuer certaines actions mais ne le sont pas encore.
Afin de ne pas mettre son enfant en difficulté, il est important de respecter ses capacités plutôt que son âge. Tout en veillant à ce qu’il ne soit jamais en danger, bien évidemment.

L’autonomie de l’enfant adaptée à ses préférences

Les préférences de l’enfant vont diriger son autonomie. Il va sans dire que si l’on veut une implication durable de son enfant, mieux vaut le laisser commencer par ce qu’il aime. Même si ce n’est pas le domaine dans lequel il est le plus efficace.
Pour cela, il suffit d’observer son enfant. Ils ont très souvent envie de nous aider mais on ne les laisse pas toujours faire… S’ils sont en âge de s’exprimer, alors on peut tout simplement leur poser la question !

autonomie de l'enfant

Mettre de côté sa culpabilité

On a vite tendance à penser que l’on « exploite » nos enfants dès qu’on leur demande quelque chose… Ce qui peut nous faire culpabiliser. Il faut se projeter plus loin. Permettre à notre enfant de nous aider, c’est lui transmettre des valeurs, la solidarité familiale en premier lieu. C’est aussi lui expliquer que l’on n’est pas des machines et que l’on a besoin d’aide. Il se sentira autorisé à nous demander de l’aide quand viendra son tour.
Alors si vous culpabilisez, changer votre point de vue devrait vous apaiser : vous ne profitez pas de la générosité de votre enfant, vous lui permettez de grandir !

Ne pas attendre de miracles de la part de l’enfant

C’est sûr, éplucher une carotte va plus vite quand on le fait depuis 10 ans… Mais votre enfant n’apprendra jamais si vous ne le laissez pas faire ! Alors respectez son rythme… Ce n’est pas toujours facile, surtout le soir, car on a besoin d’aller vite… Mais à terme, c’est bénéfique à tout le monde !

Faire des tâches ménagères un moment de partage

Cela peut sembler beta, mais effectuer une tâche ménagère peut être un moment convivial… Qui n’a jamais préparé un repas avec ses amis ? Ou fait le ménage avec son compagnon, en musique ? L’idée est la même avec l’enfant. Plus on fait de ce moment un partage sympathique et plus il en gardera un bon souvenir. Peut-être ainsi aura t’il la chance de vivre les tâches ménagères avec joie lorsqu’il grandira ! 😉

Sur toutes ces bonnes paroles, je tiens à préciser que l’autonomie de l’enfant par les tâches ménagères n’est pas une science exacte… Les enfants ont leur humeur, on a nos contraintes, l’objectif n’est pas que tout soit parfait mais de progresser, chacun à son rythme. Les enfants en apprenant de nouveaux gestes. Les parents en apprenant à déléguer aux plus petits et à laisser de côté le perfectionnisme !

Vos Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *