Le Blog Devenir Parents

Comment favoriser l’apprentissage de la propreté chez le tout-petit ?

30.05.2019
Tout pour bébé

Apprendre la propreté est une étape primordiale dans la vie de votre enfant. Il est important de faire en sorte que cela se passe du mieux possible afin de ne pas y passer des mois et de risquer la régression. Quand doit-on commencer à parler des couches et du pot ? Comment procéder ? Voici quelques astuces.

Apprendre la propreté

Comment favoriser l’apprentissage de la propreté chez le tout-petit ?

Votre tout-petit grandit, et vous avez souvent hâte qu’il devienne plus autonome… notamment en allant sur son pot. Vous imaginez déjà le bonheur de ne plus avoir à changer ses couches, sans compter les économies que vous allez faire. Mais attention ! Ne précipitez surtout pas les choses. 

Apprendre la propreté est un processus psychologique et physiologique. Dans cet article, vous allez découvrir 3 astuces d’éducation bienveillante pour répondre aux questions courantes des jeunes parents :       

 

  • À quel âge commencer le pot ?
  • Quelles sont les méthodes efficaces pour l’apprentissage de la propreté ?
  • Comment faire si bébé refuse le pot ?

 

 

Astuce n°1 : Mettre bébé sur le pot quand il est PRÊT pour l’apprentissage de la propreté

De nombreux parents se demandent si bébé est prêt pour commencer le pot à 12 mois, voire avant ! 

Vous avez même peut-être entendu parler de l’Hygiène Naturelle Infantile (HNI) qui prône une absence totale de couches dès les premières semaines. 

Comme toujours dans l’éducation d’un enfant, il n’y a pas de règles et aucune raison de penser que votre bébé est « en retard ». À chacun son rythme 😉. Voici tout de même quelques « normes » généralement constatées et des informations sur les signes que vous pouvez commencer à lui apprendre la propreté. 

Elles se mettent et s’enlèvent comme des culottes pour permettre à votre enfant d’aller sur le pot sans risquer les catastrophes. C’est pratique, mais méfiez-vous de ce confort. Se sachant dans une couche, il se pourrait bien que votre bébé ne veuille pas faire l’effort d’aller jusqu’au pot.

Après quelques expériences désagréables du pipi qui coule le long de ses jambes, il préférera naturellement se diriger vers le pot. Ne le grondez surtout pas lorsqu’il se loupe et encouragez-le au contraire lorsqu’il réussit ! La propreté de nuit est plus délicate : pensez à en parler avec votre enfant et lui demander s’il veut essayer. Et surtout, protégez son matelas !

Quelques « normes » ?

Généralement, les jeunes enfants sont propres entre 24 et 48 mois. 

Les filles arrêtent les couches avant le garçons.

Les contrôles de la vessie et de l’intestin sont indépendants. 

Il faut environ 3 à 6 mois entre l’initiation et la propreté totale (diurne d’abord, nocturne ensuite).

Les enfants qui ont des couches lavables sont propres plus rapidement (l’absorption est moins bonne et la sensation d’être mouillé est plus présente). 

Bébé est-il prêt pour le pot ?

Voici les signes physiques qu’il est peut être temps de proposer le pot à bébé : 

  • On dit généralement que la capacité à monter les marches d’escalier révèle le contrôle des sphincters. 
  • Votre enfant peut aller seul sur le pot et tenir assis de façon autonome. 
  • La couche est sèche après la sieste et bébé peut rester plusieurs heures sans uriner. 
  • Votre enfant vous indique quand il a rempli la couche (pipi ou caca).

 

Et maintenant les signes psychologiques

Bébé vous fait comprendre qu’il a envie de s’y mettre. 

Il accepte de laisser partir son caca (dans le développement de l’enfant, il existe une phase où il est difficile de perdre une partie de soi).

Bébé a conscience de son individualité (‘je”).

Surtout, n’oubliez pas que tous les bébés sont différents. J’ai une amie dont la fille a été propre à 11 mois spontanément (quelle chance !). Mon fils de 4 ans ne l’est toujours pas à 100% (à la maison en tout cas, car à l’école, pas de problèmes). 

Astuce n°2 : Donner à son bébé les BONNES CONDITIONS pour l’acquisition de la propreté

Maintenant que vous en savez un peu plus sur l’âge pour commencer le pot, voici quelques astuces pour l’accompagner et lui apprendre la propreté en douceur : 

 

  • Mettre en avant les bénéfices pour lui (“tu vas devenir un grand”, “tu pourras aller à l’école”, “tu n’auras plus les fesses rouges” ou encore “c’est plus facile de jouer et courir sans la couche”).

 

  • Utiliser des couches d’apprentissage ou des slips de transition (avec un coton absorbant qui lui permet de ressentir qu’il est mouillé).

 

  • Mettre le pot dans un endroit accessible et qui respecte son intimité.

 

  • Ecouter ses envies. Il ne veut pas le pot ? Essayez le réducteur de toilettes.

 

  • Profiter de l’été pour lui retirer les couches. 

 

  • Lui mettre des vêtements faciles à enlever
  • Analyser ses cycles et les moments phares de la journée pour savoir quand proposer le pot à bébé (avant et après la sieste, avant et après les repas, etc.).

 

  • Lui lire des livres pour lui permettre l’apprentissage par l’identification avec ses héros.

 

  • L’emmener chez des bébés qui sont déjà propres pour qu’il voit comme ça marche “en pratique” 😝.

 

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’encore une fois, ce qui marche pour un enfant ne marche pas forcément pour un autre. Testez ! Et surtout, n’essayez pas d’en faire une bébé parfait en forçant l’apprentissage du pot à 18 mois ou avant. 

Astuce n°3 : Ne PAS lui mettre la PRESSION pour éviter les blocages et refus d’apprendre la propreté 

On voit souvent de jeunes parents qui angoissent tout l’été avant l’entrée à l’école maternelle : 

  • Bébé va-t-il être propre avant septembre ? 
  • Comment va-t-on faire si ce n’est pas le cas ? On n’a pas de place chez une nounou ou à la crèche.

 

La dernière astuce pour aider bébé vers son autonomie, c’est de ne pas lui mettre la pression (je sais, c’est facile à dire !). Mon fils n’était pas du tout propre avant de rentrer à l’école, mais la maîtresse n’en a jamais rien su. Le premier jour, il y a eu un accident pipi. Et un autre dans la semaine. Et puis c’était bon ! Sauf à la maison 😉.

 

Voici quelques risques de mettre trop de pression : 

  • Constipation chronique qui perdure dans l’enfance.
  • Refus catégorique de l’enfant.
  • Conflits dans la famille.

Si vous êtes un partisan de l’éducation bienveillante, discutez avec bébé et utilisez l’humour !

Vous l’aurez compris, c’est une étape clé du développement de l’enfant. Une liberté pour vous, mais surtout un apprentissage qu’il est préférable d’engager en douceur sans se soucier des normes.

Cela pourrait également vous intéresser

Vos Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *