L’Eau pour nourrisson

78% du poids total du nouveau-né est composé d’eau. Et cette proportion augmente chez les prématurés. Il est donc important de choisir une eau pour nourrisson qui respecte la sensibilité de son organisme. En effet, les fonctions rénales et digestives du nourrisson sont immatures pendants ses 12 premiers mois.

La composition unique de l’eau pure et légère Mont Roucous convient à l’hydratation et à l’alimentation de votre bébé.

Mont Roucous : l’eau pour nourrisson reconnue par les experts

Les professionnels de santé s’accordent à recommander une eau pour nourrisson très faiblement minéralisée.

Convaincus par sa qualité, sa composition idéale et ses bienfaits sur le nourrisson, de nombreux experts de la petite enfance recommandent Mont Roucous pour la préparation des biberons mais aussi pour l’hydratation de la femme enceinte ou encore celle de la maman allaitante.

Pour former au mieux ces professionnels sur les qualités de l’eau pour nourrisson et sur la composition, Mont Roucous les rencontre lors de Congrès professionnels de pédiatres, de sage-femmes, d’auxiliaires de puériculture, etc… travaillant en Hôpital, en Clinique ou en Cabinet.

Eau pour Nourrisson

Mont Roucous, citée par les professionnels de santé

Les pédiatres de l’AFPA, Association Française de Pédiatrie Ambulatoire, ont créé le site mpedia.fr. Ce site est une mine d’informations pour les futurs et jeunes parents ! Nous vous le conseillons vivement pour toutes vos questions concernant l’alimentation du bébé notamment. Vous pouvez y retrouver des conseils, de l’actualité, rédigés par des pédiatres, les médecins de nos enfants, constamment mises à jour. Et si vous ne trouvez toujours pas de réponses à vos questions, un forum où des pédiatres vous répondent, est à votre disposition.

Voici un extrait des questions posées par des parents sur le site et des réponses de pédiatres concernant les problématiques sur l’eau pour nourrisson.

1. Ma fille a bientôt un an, jusqu’à quand doit-on lui donner de l’eau minérale à boire ?

Pour la préparation des biberons, et pour donner à boire entre les biberons, les autorités de santé recommandent de choisir :
1/ l’eau du robinet, même depuis la naissance, en veillant à suivre les recommandations que nous vous proposons ci-dessous,

2/ une eau de source ou une eau minérale naturelle qui comporte la mention : « convient pour la préparation des aliments des nourrissons » :
• il est préférable de choisir une eau peu minéralisée : moins de 500 mg de minéraux / litre (voir l’étiquette : résidu sec),
• et de ne pas utiliser l’eau d’une bouteille ouverte depuis plus de 24 heures.

Recommandations pour une consommation d’eau du robinet dans des conditions optimales :
– l’eau du robinet ne doit pas être adoucie ou filtrée à domicile,
– informez-vous des caractéristiques du réseau d’eau intérieur de votre logement,
– utilisez seulement l’eau froide (attention à la position du mélangeur),
– laissez couler l’eau 1 à 2 minutes si vous n’avez pas utilisé votre robinet récemment ; dans le cas contraire, 3 secondes suffisent,
– si votre robinet est équipé d’un diffuseur à son extrémité, pensez à le détartrer régulièrement : dévissez le diffuseur et placez- le dans un verre de vinaigre blanc,
– informez-vous sur la qualité de l’eau du robinet auprès de votre mairie, de l’Agence régionale de santé, des professionnels de santé, ou sur le site www.eaupotable.sante.gouv.fr.
3/ D’une manière générale, il est déconseillé aux particuliers de recourir à l’utilisation des eaux de puits privés pour la boisson, leur qualité n’étant pas surveillée.

http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Depliant_lait_infantile_2013.pdf
http://www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Recommandations_d_hygiene_pour_les_biberons-2.pdf
Dr Alain Bocquet

2. Mon bébé de 8 mois et demi ne veut pas boire de l’eau. Au biberon il serre la tétine et joue. A la cuillère et au verre : il la recrache en riant.

L’eau est la seule boisson indispensable.
Pour les nourrissons de 6 à 12 mois, une consommation totale d’eau de 800-1000 ml / jour est jugée adéquate par l’EFSA (european food safety authority) (1). Il faut régulièrement proposer de l’eau entre les biberons pour assurer un apport de +/- 150 ml/kg/jour, en sachant que le lait, maternel ou artificiel, apporte déjà environ 500 ml / jour à cet âge. Il faut aussi tenir compte de l’eau apportée par les aliments de diversification comme les légumes et les fruits. Si votre enfant refuse l’eau que vous proposez entre les repas, ce n’est pas qu’il n’aime pas l’eau, mais qu’il n’en a pas besoin à ce moment là.

En effet, son alimentation, qui contient environ 85 % d’eau, lui apporte des quantités d’eau telles qu’il peut ne pas avoir soif en période d’équilibre, c’est-à-dire sans fièvre, ni diarrhée, ni vomissement. En cas de refus, il faut absolument éviter de modifier le goût de l’eau (sucre, tisane, sirop, miel, jus de fruits…) car votre enfant boira par gourmandise et non par soif.
En cas de fièvre, de diarrhée ou de vomissements, de fortes chaleurs ou de chauffage desséchant l’air, vous devez lui proposer de l’eau plus fréquemment pour compenser les déperditions hydriques qui se trouvent majorées. Ces besoins peuvent être accrus lorsque l’apport protéique est trop élevé.

A noter :
Les jus de fruits frais, de diététique infantile ou de l’agroalimentaire habituent inutilement l’enfant aux boissons sucrées.
De même, les tisanes pour bébé contiennent souvent 5% de saccharose, d’eau sucrée ou de sirop. Elles peuvent provoquer, outre un apport calorique inadapté, des caries sur les incisives.
L’enfant aime suçoter son biberon ? Il est peut être devenu « l’objet transitionnel de votre enfant » ; rempli d’eau, ce n’est pas un souci.

(1) http://www.efsa.europa.eu/en/efsajournal/pub/1459

Drs Alain Bocquet et Andréas Werner

3. Mon bébé est de nature à être constipé, quelle eau choisir et en quelle quantité?

Il est conseillé d’hydrater les enfants constipés, en leur proposant régulièrement de l’eau entre les repas, et encore plus en cas de forte chaleur, ou de chauffage desséchant l’air.
Si votre bébé refuse l’eau, ce n’est pas qu’il n’aime pas l’eau mais qu’il n’en a pas besoin à ce moment là; évitez de tomber dans le piège de sucrer l’eau (sucre, miel, sirops, tisanes…) car il boira alors par gourmandise et non par soif, avec le risque de surpoids et de caries dentaires.

Aucune étude n’a comparé l’effet d’une eau par rapport à une autre sur le transit des nourrissons. C’est à vous de tester le transit de votre bébé avec différentes eaux minérales. Il est cependant préférable d’utiliser une eau faiblement minéralisée (Par exemple : Mont Roucous = résidu sec de 22mg/l) en évitant les eaux trop riches en minéraux qui peuvent être délétères pour les reins d’un bébé. L’eau Hépar est parfois conseillée pour sa richesse en magnésium, mais sa minéralité est forte (résidu sec = 2 513mg/l), si bien que son utilisation devra être limitée : un biberon par jour par exemple. L’eau Cristaline provient de 22 sources différentes : certaines ont une minéralisation trop élevée comme la source Ste Sophie : résidu sec de 564 mg/l.

Les eaux minérales ont une composition constante et très surveillée, ce qui n’est pas le cas des eaux de source.
Dr Alain Bocquet

4. Mon bébé de 1 mois n’a pas de selles tous les jours, que faire ?

Votre fille, non allaitée au sein, peut ne pas avoir une selle par jour, elle peut n’avoir une selle que tous les 2 ou 3 jours à condition de ne pas être gênée.

1/ Si votre enfant a des difficultés à émettre ses selles vous pouvez l’aider par :

  • des flexions des cuisses sur son ventre,
  • des massages de son ventre dans le sens des aiguilles d’une montre,

Mais évitez :

  • le thermomètre qui risque de créer des ulcérations de l’anus et d’aggraver une éventuelle fissure.
  • les suppositoires qui déclenchent des selles qui seraient venues normalement un peu plus tard…

2/ Il est conseillé d’hydrater les enfants constipés. Il faut proposer de l’eau entre les repas.

3/ Pour préparer les biberons : ne diluez pas le lait (respectez scrupuleusement 1 dose arasée dans 30 ml d’eau ou utilisez du lait liquide). En cas de constipation on peut changer le lait artificiel pour accélérer un peu le transit en choisissant un lait :

  • moins riche en caséine (la caséine a tendance à ralentir le transit) : le rapport caséine / protéines solubles doit dans cette situation, se situer autour de 40 / 60 (c’est à dire que la caséine doit représenter 40% du total des protéines) ou même 30 / 70.
  • plus riche en lactose, avec moins de dextrine-maltose. Le lactose peut représenter de 0 à 100% de fraction glucidique (cependant l’excès de lactose est parfois mal toléré par certains enfants dont la compétence enzymatique pour digérer le lactose est limitée. Il en résulte des gaz, un ballonnement et parfois des douleurs abdominales.)
  • contenant éventuellement des fibres.

4/ Si cette constipation persiste ou s’intensifie, vous pouvez voir avec le médecin de votre enfant pour la prescription d’un traitement laxatif efficace et sans risque de toxicité secondaire comme le macrogol (Forlax®) par voie orale et à dose suffisante (ce traitement peut être proposé longtemps, et à des doses qui peuvent paraître élevées, sans risque pour votre bébé).

Dr Alain Bocquet

5. Mon fils de 4 mois a toujours des régurgitations malgré un lait anti-régurgitations. Nous lui donnons de l’eau Mont Roucous, changer d’eau pourrait-il l’aider à ne plus avoir mal au ventre ?

L’eau Mont Roucous est tout à fait adaptée, avec une minéralisation très faible, la plus faible des eaux minérales françaises couramment utilisées pour la préparation des biberons. Cependant aucune action sur les régurgitations n’a été démontrée en fonction de l’eau choisie pour préparer les biberons.

Si votre bébé régurgite c’est un bon choix de lui proposer un lait anti-régurgitations (AR). Mais il existe deux types de laits AR :

  • épaissis par remplacement d’une partie des glucides par del’amidon (l’amidon augmente l’impression de satiété mais risque de ralentir un peu le transit),
  • épaissis par ajout de graine decaroube (peut faciliter le transit mais provoque parfois des gaz, un ballonnement, des douleurs abdominales et des selles étalées).
  • Enfin il existe des laits AR mixtes épaissis à la fois avec de l’amidon et de la caroube.

Il est possible que votre bébé ne tolère pas la caroube, et dans ce cas il faudrait choisir un lait de la 1ère catégorie, épaissi par de l’amidon.

Pour limiter les régurgitations, en plus du lait AR, vous pouvez utiliser des petits moyens qui peuvent contribuer à soulager efficacement votre bébé :

  • donnez les repas très tranquillement en faisant des pauses pour faciliter les rots, et changer votre enfant en milieu de biberon plutôt qu’à la fin,
  • utilisez des biberons comportant une valve, permettant l’entrée d’air par le fond et non par la tétine, ce qui pourrait limiter la déglutition d’air,
  • évitez les biberons froids privilégiez les tièdes (température voisine de 35°)
  • ne serrez pas les couches et évitez les vêtements comportant une ceinture ou un élastique à la taille,
  • évitez de fumer en présence de votre bébé,
  • surélevez légèrement (10 à 15°) la tête du lit, et évitez la position ventrale pour dormir qui augmente nettement le risque de malaises graves pendant le sommeil.

Dr Alain Bocquet

 

6. Mon enfant est constipé, puis-je utiliser de l’eau Hépar dans ses biberons pour l’aider dans son transit ? Existe-t-il des contre-indications ?

L’eau Hépar a la réputation d’être laxative ce qui a pu être montré chez l’adulte, mais il n’existe pas d’études chez l’enfant. Cependant elle est fortement minéralisée, ce qui peut fatiguer les reins d’un bébé. Cependant cette eau n’est pas interdite et en cas de constipation, mais il faut en limiter l’utilisation : on peut préparer un biberon par jour avec cette eau. Il est préférable de l’utiliser pour la préparation totale d’un biberon, mais d’un seul biberon par jour.

Il faut proposer de l’eau entre les repas, pour cela il vaut mieux privilégier une eau faiblement minéralisée (Par exemple : Mont Roucous).

Dr Alain Bocquet

 7. Ma fille de 3 mois ½ est exclusivement allaitée. En temps de forte chaleur, elle réclame beaucoup le sein. Est-il possible de lui donner un peu d’eau minérale pour l’hydrater ?

Un bébé allaité au sein n’a pas besoin de boire de l’eau en complément du lait maternel¹, sauf dans certaines situations de déshydratation (diarrhée, vomissements, fièvre, etc.). En cas de forte chaleur, ou de chauffage desséchant l’air, l’allaitement avec des tétées plus fréquentes suffit habituellement à l’hydratation correcte du bébé; cependant il est quand même possible de proposer de l’eau entre les tétées.

Votre fille règle son rythme de tétée sur ses besoins en calories mais aussi sur ses besoins en eau. Elle peut faire de très courtes tétées pour s’hydrater, entre deux tétées « repas ». En période de forte chaleur, vous avez raison, d’être plus à l’écoute des demandes de votre bébé pour répondre à ses besoins.

Dr Alain Bocquet

1 EFSA Journal 2010; 8(3):1459 –http://onlinelibrary.wiley.com/store/10.2903/j.efsa.2010.1459/asset/efs21459.pdf?v=1&t=j3jyn9nl&s=892f444f5ef4c07ba4ce5978c9eb5c3277976479

 

 

8. Que boire pendant l’allaitement ?

A volonté

Il suffit de boire à sa soif ! Certaines mamans peuvent ne pas forcément ressentir la soif.

Pour entretenir votre lactation, vos besoins en eau augmentent. Il est donc important de boire régulièrement de l’eau du robinet ou en bouteille, ou d’autres boissons, à volonté.

Les besoins en eau pour les femmes adultes sont estimés à 2 L/jour. En sachant que l’alimentation apporte environ 20% de cette quantité les besoins en eau hors alimentation sont estimés à 1,6 L / jour. Chez la femme allaitante il faut majorer cette quantité de base de 0,6 à 0,7 L, soit 2,2 à 2,3 L par jour¹. Ces quantités conseillées doivent être majorées en cas d’activité physique, de fièvre, de fortes chaleurs ou de chauffage desséchant l’air.

Une petite bouteille d’eau dans votre sac, un fruit juteux, une tisane, une soupe, multipliez et variez les occasions de boire dans la journée !

A éviter

En revanche il faut limiter la caféine, pas plus de 2, voire 3 tasses de café par jour. Préférez le café décaféiné. Le thé contient aussi de la caféine mais en quantités plus faibles. Méfiez-vous aussi de la caféine « cachée » que l’on peut trouver dans certaines boissons gazeuses.

Enfin, il convient de s’abstenir de boire de l’alcool. Ce dernier est à proscrire pendant toute la durée de l’allaitement. Lors d’une occasion spéciale, anniversaire ou autre, vous pouvez exceptionnellement vous autoriser un verre d’alcool à condition de ne pas avoir l’estomac vide et de choisir une boisson peu alcoolisée. Consommez votre verre juste après la tétée. Attendez au moins 2 heures et au mieux 6 heures avant la tétée suivante.

  • EFSA Panel on Dietetic Products, Nutrition, and Allergies (NDA); Scientific Opinion on Dietary reference values for water. EFSA Journal 2010; 8(3):1459. doi:10.2903/j.efsa.2010.1459. Available online : efsa.europa.eu

Dr Alain Bocquet

 9. Puis-je donner un biberon de tisane à mon bébé de 2 mois et demi que j’allaite ?

Pourquoi pas mais a priori ce n’est pas utile, voire cela peut perturber sa flore intestinale.

Selon l’EFSA (european food safety authority), Les nourrissons exclusivement nourris au sein ne nécessitent pas d’apport d’eau supplémentaire¹.

Le lait maternel est un liquide très hydratant pour l’enfant et à part dans les situations particulières nécessitant un apport important d’eau, comme une forte chaleur estivale, une fièvre importante ou une diarrhée, l’enfant n’a besoin de rien d’autre que le lait.

1 EFSA Journal 2010; 8(3):1459

http://onlinelibrary.wiley.com/store/10.2903/j.efsa.2010.1459/asset/efs21459.pdf?v=1&t=j3jyn9nl&s=892f444f5ef4c07ba4ce5978c9eb5c3277976479

Dr Camille Schelstraete

10. Ma fille a 6 semaines et elle ne dort pas la nuit jusqu’à 6h du matin, ou elle dort et se réveille toutes les 5 minutes. Puis-je lui donner de la tisane de camomille, fleur d’oranger, tilleul, mélangé ? Si oui, comment la préparer ?

Il est possible de donner un peu de tisane de camomille, tilleul, fleur d’oranger à un bébé, en évitant ou tout au moins en limitant le sucre. Il existe en pharmacie des spécialités à base de plantes prêtes à l’emploi, certaines auraient un effet favorisant le sommeil, d’autres un effet limitant les pleurs ou un inconfort digestif.

Dr Alain Bocquet

11. Je suis enceinte, dois-je augmenter ma consommation d’eau ? Dois-je utiliser de l’eau minérale ?

Tout comme il est important pour la femme enceinte d’avoir une alimentation équilibrée, il est primordial de boire suffisamment tout au long de la grossesse.

1/ Boire de l’eau plate à volonté et au minimum 2 litres par jour :

En attendant votre bébé, pensez à bien vous hydrater de façon régulière c’est à dire tout au long de la journée. N’attendez donc pas d’avoir soif. Il est notamment recommandé de boire au moins 2 litres d’eau par jour. L’eau plate sera consommée à volonté mais vous pouvez également boire des tisanes.

2/ Boissons à éviter :

En revanche, évitez de consommer trop de boissons riches en caféine comme le café ou le thé.  Il est préférable de ne pas dépasser 3 tasses par jour et de limiter au maximum l’absorption de certains sodas et de boissons énergisantes. La consommation d’alcool est absolument proscrite.

3/ S’hydrater est également très important lorsque la future maman est constipée ou lorsqu’elle fait du sport

4/ Optez pour une eau faiblement minéralisée ou, selon vos besoins, riche en calcium et/ou en Magnésium pour combattre la constipation et renforcer les apports de minéraux.

EXPERT : EQUIPE DE RÉDACTION

En savoir plus avec mpedia, des conseils pour les parents par plus de 160 experts professionnels de la santé et de la petite enfance

12. Mon bébé de 3 mois est nourri exclusivement au lait infantile. Faut-il  chauffer l’eau du biberon et comment? 

Votre bébé peut boire son biberon de lait à température ambiante, en particulier en été, cela vous évitera de multiplier les manipulations.

Mais il est préférable de lui donner son biberon aux alentours de 37°, comme le lait maternel, ce qui semble faciliter la digestion et limiter les régurgitations. Pour cela, réchauffez-le sous un filet d’eau chaude, au bain-marie, en veillant toujours à vérifier la température avant de le donner à votre bébé : après agitation du biberon, faîtes couler quelques gouttes sur le dos de votre main, ou placez le biberon contre votre cou. Si le biberon est trop chaud, passez-le quelques instants sous un jet d’eau froide. La meilleure solution reste cependant le chauffe-biberon.

A éviter :

  • N’utilisez pas le four à micro-ondes à cause du risque de brûlure, la chaleur du lait pouvant être mal répartie.
  • Le four à micro-ondes détruit les pro biotiques et altère certaines vitamines.
  • Il est également déconseillé de trop chauffer le biberon car certains composants du lait vont perdre leurs qualités.

EXPERTS : Dr Alain Bocquet et Dr Georges Thiebault

 

 

13. Mon bébé de 2 semaines a souvent le hoquet. Que faire lorsque ce hoquet lui arrive lorsqu’il prend son biberon ?

Les bébés hoquettent très fréquemment après les repas. Il s’agit de contractions diaphragmatiques brèves mais parfois violentes. Peut être avez-vous d’ailleurs remarqué que votre bébé avait déjà le hoquet pendant votre grossesse. En général, les bébés le tolèrent relativement bien, il est donc inutile de vous alarmer.

1/ Si cela survient durant la tétée :

Vous pouvez faire une pause et changer sa position, pour permettre à votre bébé de faire son rot et de se détendre. Attendez que le hoquet passe avant de reprendre l’alimentation, quitte à attendre quelques minutes. Si cela ne passe pas, vous pouvez lui proposer quelques gorgées complémentaires qui pourront le soulager.

2/ Si votre bébé est très sujet au hoquet, essayez de le nourrir avant qu’il ne soit très affamé et donc très agité. Faites des pauses pendant la prise du biberon. Desserrez ses couches et évitez les vêtements serrés à la taille. Vous pouvez même changer votre bébé au milieu du biberon et ainsi lui offrir une longue pause.  

3/ Lors des pauses et après le biberon, essayez de faire évacuer le maximum d’air sous forme de rots en tenant votre bébé verticalement face à vous et en tapotant légèrement son dos. Si vous marchez un peu en tenant ainsi votre bébé, cela peut faciliter l’évacuation d’un rot.

4/ Après le repas, le hoquet ne doit pas vous empêcher de coucher votre bébé.

5/ Si votre bébé a le hoquet en dehors d’un repas vous pouvez essayer de lui donner un peu d’eau froide.

 EXPERTS : Dr Alain Bocquet et Dr Georges Thiebault

 

14. Ma fille de 2 mois est exclusivement allaitée. J’ai de la fièvre depuis ce matin, dois-je stopper l’allaitement et lui proposer un biberon ?

Le fait d’avoir de la fièvre ne justifie pas en soi l’interruption de l’allaitement.

Si la prise de paracétamol à dose habituelle est autorisée ainsi que tout traitement local comme un spray nasal ou buccal, il est recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre. Celui-ci déterminera l’origine de ce symptôme et pourra vous prescrire un traitement adapté. Sachez que la plupart des médicaments passent dans le lait mais que les contre-indications à l’allaitement sont rares. Il existe aussi des médicaments compatibles avec l’allaitement. Suivez bien le traitement à la lettre et ne vous laissez pas tenter par l’auto médication.

En cas de maladie courante telles que état grippal, bronchite, angine ou encore gastro-entérite, l’allaitement a même ses vertus : il permet à la maman de transmettre à son bébé des facteurs de défense qu’elle est en train de fabriquer contre le microbe responsable de sa maladie. Mais des mesures de protection et d’hygiène s’imposent  pour ne pas contaminer votre bébé: lavez-vous les mains, évitez les contacts salivaires en mettant un masque quand vous l’allaitez et vous occupez de lui. Les bisous attendront…

En cas de varicelle vous pouvez poursuivre l’allaitement sauf en cas de lésion importante sur les seins.

Si votre fièvre reste inexpliquée, votre médecin pourra décider de suspendre l’allaitement jusqu’au diagnostic. Vous pouvez alors  tirer votre lait pour entretenir la lactation.

Les cas où l’allaitement doit être interrompu sont donc rares :

Certaines infections urinaires à germe résistant peuvent notamment nécessiter la mise en place d’un traitement antibiotique incompatible avec la poursuite  de l’allaitement. Vous pouvez tirer votre lait afin de reprendre l’allaitement une fois guérie.

L’allaitement est contre-indiqué uniquement en cas de VIH (sida)  car le virus passe dans le lait ou de virus de la leucémie humaine à lymphocyte de type 1 appelé le HTLV1.

EXPERT : Marie-Josée Simon Ghédiri

15. Mon bébé de 3 mois n’arrive pas à trouver son sommeil. Comment l’accompagner au mieux ?

Premièrement, il est tout à fait normal que votre bébé se réveille encore plusieurs fois pendant la nuit et que son endormissement soit agité. En effet, il faut attendre au delà de l‘âge de 3 mois, voire même parfois jusqu’à l’âge de 6-7 mois pour qu’un bébé régule son sommeil en mettant en place les rythmes veille-sommeil et en différenciant le jour et la nuit.

Si ces troubles nocturnes ne doivent pas vous inquiéter, ils n’en demeurent pas moins fatigants pour vous. Tentez de vous reposer dès que l’occasion se présente notamment lorsque votre bébé est endormi.

Vous pouvez également aider votre bébé à construire son rythme de sommeil en lui donnant des repères et un cadre pour dormir.

Jusqu’à 6 mois, il est préférable que votre bébé dorme dans votre chambre. Vous pouvez y créer une ambiance calme au moment où votre enfant a besoin de s’endormir. Mettez en place un rituel qui évoluera avec l’âge et qui dans la mesure du possible ne sera pas le même entre la sieste et le soir pour aider votre enfant à différencier les deux moments ; ainsi les volets ne seront pas fermés pour la sieste.

Cet instant de partage et de douceur apaisera votre bébé qui a besoin de proximité et supporte mal la séparation.

  • Aux jeux excitants préférez avant le coucher la répétition de mêmes gestes calmes tous les soirs.
  • Fermez les rideaux ou les volets, installez-le confortablement.
  • Parce que votre voix est rassurante, parlez doucement à votre bébé, fredonnez lui une berceuse ou racontez lui une histoire.
  • Ne faîtes pas trop durer le rituel et n’attendez pas que votre enfant soit endormi pour le mettre dans son lit, ni pour quitter la chambre. Il apprendra ainsi la transition vers la nuit et aura moins de mal à trouver le sommeil tout seul.
  • S’il pleure, évitez de le reprendre dans vos bras au risque de créer à nouveau une séparation. Vous pouvez bercer son lit en fredonnant et en acceptant ses pleurs quelques minutes.
  • Rassurez votre enfant en lui montrant que vous n’êtes pas loin, que vous pouvez revenir le voir s’il pleure, ou s’il se sent mal.
  • Les bébés peuvent crier en s’endormant et même en dormant. N’intervenez donc pas trop vite au risque de réveiller votre enfant qui aura ensuite du mal à se rendormir ensuite.

 

Enfin, sachez que les pleurs d’un jeune nourrisson ne sont pas des caprices et correspondent plus à des appels à l’aide. Contrairement aux idées reçues, un bébé porté deviendra un enfant autonome parce qu’il aura éprouvé un sentiment de sécurité lui permettant d’explorer le monde plus tard, en toute confiance.

EXPERT : Marie-Josée CHALLAMEL

 

16. Mon bébé de 1 mois, exclusivement allaité, ne semble pas rassasié après les tétées.  Cela signifie t’il que je n’ai pas assez de lait ?

Il y a peu de chances que cela soit le cas. En effet, la grande majorité des femmes peuvent allaiter et produire la quantité de lait nécessaire à leur bébé pour bien grandir (il n’y a 3 à 5% de cas d’insuffisance de lait liés à une anomalie de la glande ou un dysfonctionnement hormonal). Et le lait maternel est l’aliment idéal pour votre bébé car il contient tout ce dont il a besoin pour bien grandir.

A 1 mois, le nombre de tétées de votre bébé nourri au sein est en général compris ente 6 et 8. Si malgré cela, vous observez que votre bébé pleure à la fin de son repas, plusieurs indicateurs sont à observer :

Ce qui doit vous alerter :

– Le rythme des tétées ne doit pas être inférieur à 5-6 tétées par jour et leur durée ne doit pas inférieure à 5 minutes ou supérieure à  45 minutes

– Votre bébé ne paraît pas en forme : il dort tout le temps ou très peu, il a le regard fuyant, il pleure beaucoup, il a la peau sèche, il n’a pas un bon teint, il manque de tonicité.

– Votre bébé ne grossit pas et son transit n’est pas régulier.

Cela signifie peut-être qu’il ne prend pas assez de lait mais cela n’est probablement pas lié à la quantité et la qualité de votre  lait.

Ce qui est rassurant : 

– Votre bébé paraît serein

Il pleure rarement, sauf parfois en fin de journée. Il est tonique et très présent par le regard, se réveille de façon à peu près régulière pour boire. Sa coloration est bonne et sa peau bien ferme.

– Il a un transit régulier

Il mouille abondamment 5 à 6 couches par jour et a au moins une selle par jour.

– Il grossit bien

La prise de poids d’un bébé varie entre 150g et 200g par semaine. Vous pouvez le faire peser chez votre sage-femme ou dans un centre de Protection maternelle et infantile (PMI) .

Si votre bébé grossit et si son transit est régulier, cela signifie qu’il  y a bien transfert de lait entre votre sein et la bouche de bébé. Mais si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à consulter un spécialiste de l’allaitement qui observera la tétée et notamment la position de votre bébé.

N’oubliez pas que les pleurs de votre bébé peuvent aussi être liés à d’autres besoins que la faim, comme par exemple le sommeil ou l’envie d’être porté.

EXPERT : Dr Camille Schelstraete

 

17. J’arrive à la fin de mon congé maternité et je souhaite mettre en place un allaitement mixte pour ma fille de 3 mois nourrie au sein depuis sa naissance. Comment m’y prendre ?

Il vous suffira d’introduire des biberons de lait industriel quelques jours seulement avant la reprise du travail. La production de lait s’adaptant à la demande, cela habituera vos seins à être moins souvent vidés. La lactation diminuera naturellement en raison d’une moindre stimulation de vos seins mais aussi du stress et de la fatigue du travail.

Remplacez d’abord une seule tétée par du lait industriel, en commençant toujours par  celles de l’après midi car elles sont moins abondantes. Cela évitera d’engorger vos seins. Petit à petit vos seins seront moins tendus (au bout de 2 à 3 jours chez certaines femmes, 5 à 6 jours chez d’autres), vous pouvez alors remplacer une autre tétée par un biberon.

Il est préférable de conserver les tétées du matin, celles du soir et éventuellement de la nuit car ce sont les tétées les plus abondantes.

Si la lactation diminue trop fortement, vous pouvez :

– Tirer votre lait régulièrement lorsque vous n’êtes pas avec votre enfant pour relancer la lactation. Sachez qu’au travail, vous avez le droit à 1 h par jour pour allaiter votre bébé ou tirer votre lait dans une pièce respectant votre intimité et équipée d’un réfrigérateur. Pensez-y dès le jour de la reprise car vous aurez peut être besoin de soulager vos seins. Le soir vous pourrez ramener chez vous  le lait  récolté dans une glacière et  ainsi le stocker au réfrigérateur ou au congélateur.

– Les week-ends et pendant vos jours de congé, multiplier les tétées au sein sans donner le moindre biberon.

– Enfin, reposez-vous. Si vous suivez bien ces conseils, vous devriez pouvoir maintenir un allaitement mixte aussi longtemps que vous le souhaitez.

 

Choisissez le lait industriel avec un professionnel de santé. Votre pédiatre notamment vous guidera dans le choix d’un lait premier âge avant la diversification, puis d’un lait deuxième âge dès le début de la diversification.  En cas de risque allergique pour votre bébé (si sa mère et/ou son père et/ou son frère et/ou sa sœur ont présenté une allergie prouvée qu’elle soit digestive, respiratoire ou cutanée), il vous prescrira un lait hypoallergénique (HA) vendu en pharmacie. Les laits « relais » (en relais de l’allaitement maternel) ne présentent aucune supériorité nutritionnelle par rapport aux laits 1er âge de même marque, ils peuvent même  avoir une formule moins intéressante ; cependant ils sont toujours plus chers.

 EXPERTS : Dr Alain Bocquet et Dr Nathalie Gelbert

 

 

18. Je vais bientôt accoucher et j’opte pour un allaitement au biberon. Quel type de biberon est-il préférable d’acheter ?

S’il existe de nombreuses marques de biberons, ce sont la taille et les composants du biberon qui importeront dans votre choix :

Durant les premières semaines de sa vie, votre bébé boira de petites quantités. Mais en grandissant ses besoins en alimentation vont se renforcer. Choisissez donc d’emblée des biberons de grande contenance, jusqu’à 300 ml. Vous pouvez acheter un ou deux biberons de plus petite contenance (120l) pour donner de l’eau ou administrer d’éventuels médicaments.

Les biberons en verre sont plus adaptés les premiers mois. En grandissant votre bébé tiendra et manipulera son biberon, les biberons en plastique seront alors plus appropriés, même si le verre doit être préféré au plastique. 

Le choix de la tétine dépendra de votre bébé : le silicone correspond aux bébés ayant une succion très forte alors que le caoutchouc (latex) convient à ceux qui tètent lentement et doucement.

Les tétines à débit variable (3 vitesses) permettent d’adapter le débit à la force de succion. Ils favorisent aussi la prise d’un lait épaissi. Dans tous les cas, il est indispensable d’acheter les tétines correspondantes à la marque du biberon pour une bonne adaptation à la bague et éviter les fuites.

Certains équipement sont également très pratiques :

C’est le cas des petites boîtes à dosage qui vous permettront d’anticiper la préparation des biberons lors de vos déplacements ou même la nuit : remplissez le biberon d’eau et préparez la ou les doses de lait dont vous aurez besoin dans ces petites boîtes compartimentées. Vous n’aurez plus qu’à verser la totalité du compartiment dans le biberon. Après mélange, les préparations infantiles ne se conservent qu’une heure.

Si le lait peut être bu à température ambiante, avec un chauffe-biberon vous pourrez le donner aux alentours de 37°C qui est la température idéale (il semble qu’une température voisine de 37°C facilite la digestion et limite les régurgitations).

EXPERTS : Dr Alain Bocquet et Dr Georges Thiebault

 

19. Je suis végétarienne, dans le biberon de mon bébé puis-je remplacer le lait infantile par du lait de soja ?

On constate une mode croissante pour l’utilisation de jus végétaux appelés improprement « laits » (d’amande, de châtaigne, de coco, d’avoine, de riz, de soja, etc.) à la place des laits infantiles. Ils sont en vente dans les magasins de diététique, dans les rayons de diététique de la grande distribution et sur internet. Ils sont totalement déconseillés chez les jeunes enfants car ils les exposent à des complications nutritionnelles graves, qui peuvent être mortelles, surtout si leur administration concerne le jeune enfant : dénutrition avec déficit de taille et de poids, état convulsif, malaise, anémie, hématome cérébral, détresse respiratoire, troubles de la conscience, fracture osseuse spontanée, perturbations biologiques, etc. (cas rapportés selon une récente étude française). En effet leur composition n’est pas adaptée à l’alimentation d’un nourrisson. Ils ne peuvent être utilisés que chez des enfants de plus de trois ans, occasionnellement, en complément alimentaire ou pour des recettes, mais jamais en remplacement du lait.

En Belgique, en juin 2017, des parents ont été poursuivis par la justice pour le décès de leur bébé de 7 mois alimenté avec un “jus” végétal.

L’Anses a lancé une alerte à destination des parents : « ces produits ne doivent pas être utilises, même à titre partiel, chez l’enfant de moins de 1 an car ils sont responsables de dénutritions sévères »  *   

L’arrêt rendu le 14/06/17 par la Cour européenne de justice, vient clarifier les appellations dans les rayons des « laits » et autres « yaourts » végétaux. Par cette décision, la justice européenne n’autorise désormais que les produits laitiers, issus de lait animal , à employer les dénominations  « lait », « yaourts », « fromage ».

Il ne faut pas confondre ces jus végétaux avec les préparations à base de riz ou de soja, vendues en pharmacie, et destinés à des enfants présentant certaines pathologies (allergie aux protéines du lait de vache, intolérance au lactose, etc.) ou dans un soucis familial d’alimentation végétale. Les formules de ces produits sont conformes à la réglementation française et européenne et conviennent pour l’alimentation des jeunes enfants.

En l’absence d’allaitement il faut utiliser des préparations infantiles : préparations pour nourrissons (lait 1er âge) de la naissance à 4 – 6 mois et préparations de suite (lait 2e âge) de 4 – 6 mois à 10 – 12 mois. Le lait de croissance doit être préféré au lait de vache de 10 – 12 mois à 3 ans.

*  http://www.anses.fr/Documents/NUT2011sa0073.pdf.

 EXPERT : Dr Alain Bocquet

 

20. Mon bébé de 3 mois 1/2 refuse son lait, puis-je commencer la diversification alimentaire ?

Non, avant l’âge de 4 mois révolus, il est tout à fait déconseillé d’introduire un autre aliment que le lait, pour différentes raisons dont la principale est de faire courir un risque important de survenue d’allergies alimentaires.

Si votre bébé refuse de boire son lait, il s’agit peut être juste d’une baisse d’appétit passagère : tentez de respecter cette baisse d’appétit tout en restant vigilant à sa prise de poids, son transit, mais aussi son état général (sa tonicité, son regard, la coloration et la fermeté de sa peau).

Essayez donc de patienter jusqu’à la période comprise entre 4 et 6 mois qui est idéale pour débuter la diversification alimentaire et faire ainsi découvrir d’autres textures et d’autres goûts à votre enfant.

 EXPERT : Dr Alain Bocquet

 

21. Je vais bientôt accoucher par césarienne. Je souhaite allaiter mon bébé. Cela sera t-il possible ?

Rassurez-vous, le fait d’accoucher par césarienne n’empêche pas d’allaiter normalement.

Cependant, parce que la césarienne est une intervention chirurgicale,  les conditions de l’accueil du nouveau-né sont un peu différentes.

La température du bloc opératoire étant basse, le peau à peau avec la mère est rarement immédiat (il peut d’ailleurs être proposé au père) et la mise au sein est donc différée. Elle se fera parfois en salle de réveil et le plus souvent lorsque vous serez installée dans votre chambre. Mais ne vous inquiétez pas, votre bébé restant très éveillé pendant les 6 premières heures de sa vie environ, il ne sera pas trop tard !

Durant les premiers jours, parce que vous aurez quelques douleurs et des difficultés à vous mouvoir, vous aurez besoin d’aide pour vous mobiliser, prendre votre bébé dans les bras…Si la mise en route de la lactation peut être retardée par ces complications, tout ceci rentrera vite dans l’ordre et vous trouverez de vous-même les positions vous permettant de ne pas appuyer sur votre cicatrice.

En cas de difficulté, n’hésitez pas à vous faire aider par un spécialiste de l’allaitement qui vous aidera à trouver la meilleure position pour aider votre bébé à téter et favoriser ainsi la lactation.

EXPERT : Dr Camille Schelstraete

Donnez-nous votre avis

Votre avis nous importe beaucoup, c'est pourquoi nous vous invitons à laisser votre Eaupinon ici.

1 2 3 4 5

/5